Nations Unies
Communiqué de Presse

Comité préparatoire du Sommet mondial sur le développement durable
Niveau ministériel, Quatrième session, Bali (Indonesia), 27 mai - 7 juin 2002


Département de l'information · Division de l'information et des médias

 

 

 

Comité préparatoire du Sommet mondial pour                                                        ENV/DEV/B/14

le développement durable                                                                                                   5 juin 2002

Quatrième session – 6e séance plénière                                                                    

 

BALI DOIT DONNER LIEU A UN PLAN D’APPLICATION D’ACTION 21 AVEC DES OBJECTIFS CONCRETS ET DES CALENDRIERS PRECIS

 

La Présidente de l’Indonésie et la Vice-Secrétaire générale de l’ONU inaugurent

la réunion ministérielle du Comité préparatoire du Sommet mondial pour le développement durable

 

Nous partageons tous les mêmes rêves d’une vie prospère et pacifique qui maintienne l’harmonie de l’humanité avec son environnement naturel.  Chaque nation a besoin que les autres lui donnent la chance de déterminer et de respecter son propre cadre de développement national, a dit en substance Mme Megawati Soekarnoputri, Présidente de l’Indonésie, à l’ouverture de la réunion ministérielle du Comité préparatoire du Sommet mondial. Quel que soit l’accord auquel parviendront les travaux actuels du Comité, ceux-ci constitueront une avancée positive pour la réussite du Sommet de Johannesburg, a dit en outre la Présidente qui a plaidé pour le droit de chaque nation de déterminer son propre cadre de développement national dans le respect de ses différences et particularités.  L’acceptation des différences, a-t-elle dit, devrait permettre à chaque nation de tracer un cadre de développement respectueux de la nature.  Dix années se sont écoulées depuis l’adoption d’Action 21 et il est temps de trouver, avant Johannesburg, des consensus qui assurent à l’humanité un avenir durable et prospère.

 

Nous devons partir de Bali, a déclaré, pour sa part, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Mme Louise Fréchette, avec un plan d’application solide, spécifique et doté de cibles pour assurer des fondations fermes au travail essentiel qui reste à accomplir entre Bali et Johannesburg.  Dans ce cadre, elle a rappelé les cinq domaines clés cités par  le Secrétaire général – points centraux de la durabilité- qui méritent une attention particulière, à savoir l’eau et les services d’assainissement; l’énergie, l’agriculture, la biodiversité et la gestion des écosystèmes ainsi que la santé et l’environnement.  Rappelant le rôle primordial des gouvernements qui doivent tenir les engagements de Monterrey et de Doha, la Vice-Secrétaire générale a attiré l’attention sur la place centrale qu’occupent les ONG, le secteur privé et les institutions internationales en particulier l’ONU.  Pour elle, le succès de Johannesburg ne se mesurera pas seulement par le plan d’application étant donné que la déclaration politique doit être perçue comme le premier instrument dont disposeront les Chefs d’Etat et de gouvernement pour transmettre au monde leur vision du développement durable.

 

Après les exposés des Coprésidents du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) sur la table ronde ministérielle sur le financement de l’environnement et du développement durable, les ministres se sont engagés dans un dialogue sur le thème “de Bali à Johannesburg, la voie à suivre”.  Le Président du Comité préparatoire, M. Emil Salim (Indonésie) qui a ouvert le dialogue a souligné que Bali est la dernière ligne droite avant Johannesburg.  De Bali, devront sortir le document d’application d’Action 21 dit “Engagement de Bali”, des initiatives en matière de partenariats et un “document politique”.  Il a précisé que le document d’application vise à donner de la substance au développement durable et à ses trois piliers que sont la durabilité sociale, la durabilité économique et la durabilité environnementale et qui supposent l’élimination de la pauvreté et le changement des modes de production et de consommation non viables.  

 

La réunion ministérielle qui devra durer trois jours, du 5 au 7 juin, discutera en outre des initiatives en matière de partenariats et des éléments à intégrer au document politique.  Entre-temps, le “document d’application” fait toujours l’objet de négociations au sein de deux groupes de travail et de plusieurs groupes de contact et sont facilitées par le “Groupe des Amis du Président” (Brésil, Indonésie et Afrique du Sud).  La réunion ministérielle poursuivra ses travaux cet après-midi.

 

 

 

(à suivre)

 

Déclarations liminaires

 

Mme LOUISE FRECHETTE, Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, a déclaré que la communauté internationale s’est réunie aujourd’hui parce qu’elle est confrontée à des défis considérables des deux côtés de l’équation développement-environnement.  Trois milliards de personnes, a-t-elle rappelé, vivent dans des conditions déshumanisantes de la pauvreté avec moins de deux dollars par jour.  Citant le rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), elle a souligné que le modèle prédominant du développement pourrait ne pas être durable même pour ceux qui en tirent des bénéfices.  Mme Fréchette a considéré que Johannesburg peut servir de cadre pour trouver une autre voie qui améliore les normes de vie tout en protégeant l’environnement.  Une voie, qui serait, favorable à tous les peuples aujourd’hui et demain.  La relation entre la société humaine et l’environnement naturel est au coeur des préoccupations de Johannesburg et, à ce sujet, Mme Fréchette a rappelé cinq domaines clés proposés par le Secrétaire général qui méritent une attention particulière :  l’eau et les services d’assainissement; l’énergie; l’agriculture; la biodiversité et la gestion des écosystèmes; et la santé et l’environnement.  Le temps est venu de fixer des objectifs et des cibles clairs dans ces domaines et de préciser les engagements concrets pour assurer un réel progrès dans la mise en oeuvre d’Action 21 et de la Déclaration du millénaire. 

 

Mme Fréchette a estimé que les progrès sont possibles grâce à la connaissance et aux technologies existantes.  Et parce que ces cinq domaines sont intrinsèquement liés, des progrès dans un domaine mèneront  inoxérablement à des progrès dans les autres.  Commentant les avancées des négociations du Comité préparatoire, la Vice-Secrétaire générale a souhaité qu’un accord soit conclu sur un programme d’application solide, spécifique et doté de cibles.  Ce n’est que dans ces conditions, a-t-elle dit, qu’il sera possible d’assurer des fondations fermes au travail essentiel qui reste à accomplir entre Bali et Johannesburg, en particulier en ce qui concerne les partenariats nécessaires à la mise en oeuvre du plan d’application.

 

Le succès de Johannesburg ne se mesurera pas seulement au plan d’application, a prévenu Mme Fréchette.  La déclaration politique sera le premier instrument dont disposeront les Chefs d’Etat et de gouvernement pour transmettre au monde leur vision du développement durable.  Il faut, en conséquence, une déclaration crédible qui engage les dirigeants à agir et qui conduise tous les acteurs à reconnaître leurs propres responsabilités.  Si il est vrai que les gouvernements ne peuvent agir seuls, il faut reconnaître sans équivoque que ce sont eux qui définissent les politiques et les priorités, créent les institutions de services publics et satisfont les divers besoins des nations.  Ce sont les gouvernements qui doivent tenir les promesses faites durant les conférences des années 90 et dans la Déclaration du millénaire a-t-elle souligné.

 

Mme Fréchette a appelé les gouvernements et les parlementaires à ratifier les traités qui sous-tendent les efforts dans le domaine du développement durable.  Elle les a invités à le faire maintenant et à Johannesburg en tant que marque d’une mesure concrète et immédiate vers la mise en oeuvre d’Action 21.  Reconnaissant les besoins de partenariats de ces gouvernements, elle a admis que le développement durable  ne se réalisera pas sans les ONG et l’implication du secteur privé, à qui le monde demande de faire autre chose que “business as usual”.  Les institutions internationales ont aussi un rôle essentiel à jouer, a souligné Mme Fréchette qui a indiqué que le système des Nations Unies est déjà prêt à apporter sa contribution à la réalisation des objectifs du développement durable et qu’il s’agit là d’un objectif dont le Secrétaire général a fait sa priorité.

 

Les progrès dépendront aussi de la disponibilité des ressources financières, a encore dit la Vice-Secrétaire générale avant d’inviter les gouvernements à maintenir l’élan de la Conférence de Monterrey, en particulier dans le domaine de l’aide publique au développement (APD).  Les ressources additionnelles promises peuvent aussi être utilisées pour mobiliser d’autres ressources, a-t-elle précisé. Elle a appelé les gouvernements à tenir les engagements pris à Doha et à faire des nouvelles négociations commerciales un véritable “cycle du développement” qui ouvre les marchés aux pays en développement et qui permette une réelle concurrence.  Le Sommet de Johannesburg est réellement une chance d’assurer un cours plus prometteur au développement de l’humanité. 

 

Mme MEGAWATI SOEKARNOPUTRI, Présidente de la République d’Indonésie,  a déclaré que son pays est reconnaissant aux Nations Unies de la confiance que l’Organisation a placée dans l’Indonésie qui accueille ce 4ème et dernier Comité préparatoire du Sommet mondial pour le développement durable.  Quel que soit l’accord auquel parviendront ces travaux, il sera une avancée positive pour la réussite du Sommet de Johannesburg.  Nous sommes conscients des profonds changements induits par la mondialisation, qui a profondément affecté les démarches et perspectives économiques de nombreuses nations, a dit la Présidente.  Nous partageons tous les mêmes rêves, d’une vie prospère et pacifique qui maintienne l’harmonie de l’homme avec l’environnement naturel qui l’entoure.  Chaque

 

 

nation a besoin que les autres lui donnent la chance de déterminer et de respecter son propre cadre de développement national.  Les différences et particularités doivent être respectées.  Certaines nations possèdent des ressources naturelles qui pourraient leur permettre de réaliser le bien-être auquel aspirent leurs peuples si on leur offrait un cadre international d’échanges plus favorable. 

 

Si elles étaient acceptées, les différences qui existent entre nations devraient permettre à chacune d’elles de tracer un cadre de développement respectueux de la nature.  Les pays les plus avancés et les mieux pourvus devraient servir d’exemple aux pays les plus faibles.  Ces derniers, qui représentent la majorité des pays du monde, sont handicapés par le manque de ressources humaines ou naturelles.  Les insuffisances de ressources humaines rendent difficiles, dans de nombreux pays, l’application des politiques qui pourraient leur permettre de sortir de leur état de mal développement.  Souvent, même quand ils détiennent des ressources naturelles appréciables, certains pays sont incapables de sortir d’une espèce de cercle vicieux, du fait de l’exploitation injuste de leurs ressources naturelles au moyen de stratégie qui ne leur sont pas profitables.

 

Concernant les pays qui ont le plus de problèmes d’organisation et de structures, problèmes qui finissent par menacer la durabilité de leurs ressources et donc de leur développement, il vaudrait mieux les aider et les conseiller que de les condamner systématiquement en évoquant la gouvernance. La question de l’énergie est l’exemple d’un domaine où l’utilisation excessive de ressources naturelles met en péril la survie de l’environnement.   On dit, sans doute à juste titre, que les mauvaises politiques énergétiques sont responsables du réchauffement de la planète.   Seule une coopération internationale renforcée dans ce monde en pleine globalisation, où l’interdépendance est de plus en plus évidente, pourra nous permettre de trouver des solutions durables et satisfaisantes.  Concernant notre pays, nous avons axé nos politiques de développement sur l’exploitation systématique de nos ressources naturelles.  Mais aujourd’hui, nous comprenons que le développement est un processus de longue haleine mettant en oeuvre des politiques multisectorielles.  Du temps de la Guerre froide, le premier Président de l’Indonésie, qui était mon père, a rappelé Mme Soekarnoputri, avait demandé à la communauté internationale, devant l’Assemblée générale de l’ONU, de reconstruire le monde sur un modèle plus juste et plus durable.  Le modèle de développement durable auquel nous aspirons aujourd’hui devrait s’inspirer de la vision de cette allocution, qui reste d’actualité.  Nous sommes tous d’accord que tous les peuples doivent avoir une vie digne, pacifique et prospère.  Pour y arriver, nous devons avoir des orientations de développement durable similaires.  Nous devons tous accepter que la science et la technologie devraient être transmises à des prix abordables pour soutenir le développement.  10 années se sont écoulées depuis l’adoption d’Action 21.  Il est temps que nous trouvions des consensus, avant Johannesburg, qui nous permettront d’assurer un avenir durable et prospère à l’humanité

 

Déclarations des Coprésidents du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) concernant  la table ronde ministérielle sur le financement

               

M. MOHAMMED VALLI MOOSA, Ministre des affaires de l’environnement et du tourisme de l’Afrique du Sud, a déclaré que depuis Rio, il est devenu évident que le succès du développement durable nécessite des progrès dans plusieurs domaines.  Le développement ne doit pas seulement être viable économiquement mais acceptable socialement et écologiquement.  Pour l’orateur, le Sommet de Johannesburg est une étape historique qui donne l’occasion d’intégrer la viabilité environnementale dans les politiques visant à réaliser les objectifs de la Déclaration du millénaire.  Le FEM, a parrainé toute une série de tables rondes qui ont réuni les ministres de l’environnement et finances ainsi que les chefs des ONG et des organisations intergouvernementales.  Les tables rondes se sont d’abord réunies à Monterrey puis à Bali. 

 

Au cours de la première session, les participants ont convenu de la nécessité de prendre de mesures pour créer un environnement favorable à l’investissement étranger direct (IED) afin de faciliter le transfert des technologies nécessaire au développement durable.  Le rôle de la Nouvelle initiative pour le développement de l’Afrique (NEPAD) a aussi été reconnu ainsi que la nécessité d’intégrer la durabilité dans la réalisation des objectifs d’élimination de la pauvreté.  L’aide publique au développement (APD) et l’accès aux marchés ont également été reconnus comme points important au même titre que la sécurité alimentaire, la dégradation des terres, l’eau, la santé et l’énergie.

 

La deuxième session a reconnu l’environnement comme un capital et le fondement des systèmes économiques et sociaux.  A cet égard, il a été souligné que lorsque les ressources naturelles transfrontières ne sont pas gérées par une coopération internationale les pays individuels ne sont guère incités à se préoccuper des conséquences de leurs actes.  Des financements et des politiques inappropriés empêchent les progrès dans la gestion des ressources et des écosystèmes tout comme l’absence de capacités adéquates, a-t-il été également reconnu.  En outre, le coût des écotechnologies a été perçu comme un obstacle à leur promotion.  Il est important d’examiner la question du financement, des politiques en vigueur et des partenariats pour remédier aux obstacles identifiés dans la réalisation des objectifs de développement, a conclu la table ronde.

 

M. KJELL LARSSON, Ministre de l’environnement de la Suède, a déclaré que la durabilité mondiale ne pourra pas être réalisée sur des financements marginaux.  Le renforcement des institutions financières régionales est nécessaire et le rôle des gouvernements et de la société civile doit être reconnu sur cette question.  La question de la mobilisation des ressources doit prendre en compte la nécessité de préserver l’eau et l’énergie tout en les rendant accessibles à tous.  Les gouvernements doivent à cet égard jouer un rôle moteur, pour inciter le transfert et l’investissement de ressources intérieures et extérieures dans le domaine des biens publics.  La société civile devrait aussi avoir sa place dans la mobilisation de fonds en faveur des politiques de développement durable.  Il est nécessaire de mettre en place à cet égard des mesures assurant une certaine stabilité aux investissements.  Un cadre transparent devrait être créé dans chaque pays.  Des indicateurs de développement devraient être mis en place pour permettre à chaque pays d’évaluer ses progrès et ses besoins.

 

Si les gouvernements doivent être les chefs de file, il faut cependant songer à renforcer les partenariats public/privé garants d’efficacité.  La notion d’assistance au développement devrait quant à elle, être élargie et l’APD devrait viser la réduction des risques que prennent les investissements étrangers dans les domaines les plus urgents et les plus importants du développement durable.   La table ronde qui s’est tenue sur les questions de financement durable a reconnu que le Fonds mondial pour l’environnement (FEM) était la meilleure source et le meilleur outil de financement du développement durable, et elle a demandé à tous les gouvernements et autres donateurs de participer à la reconstitution des ressources du FEM.  La table ronde a mis un accent particulier sur le financement des programmes de lutte contre la désertification.  Les participants ont d’autre part souligné que le développement durable ne sera possible que lorsque la communauté internationale se mettra d’accord sur des principes moraux soutenant la promotion de cette forme de développement.

 

                M. PRECIOUS NGELALE, Ministre d’Etat chargé des ressources en eau du Nigéria (au nom de la Conférence ministérielle africaine sur l’eau (AMCOW), a voulu que le Sommet de Johannesburg se concentre sur la gestion rationnelle de l’environnement avant d’indiquer qu’une crise majeure, non examinée sérieusement depuis Rio, concerne l’eau et l’assainissement.  La dimension économique, sociale et environnementale de cette crise a fait l’objet d’une évaluation mondiale, a indiqué le Ministre qui s’est félicité que dans les cinq domaines qui méritent une attention particulière, le Secrétaire général de l’ONU ait placé l’eau en bonne place.  Le Sommet de Johannesburg doit discuter de la crise de l’eau et établir le lien entre la santé et l’environnement.  Le lien entre la santé, l’environnement et la pauvreté apparaît nettement dans le domaine de l’eau qui est, elle-même, liée à celle de l’énergie et de l’agriculture.  Soulevant la question de la diversité biologique et de la protection des écosystèmes, le Ministre a souligné l’importance des milieux marins.  Les Gouvernements africains ont fait le bilan de la crise de l’eau. 

 

                Les Ministres africains qui ont pris part, à la Conférence d’Abuja, du 30 avril, ont souligné la nécessité de faire des efforts dans le cadre de la Nouvelle Initiative pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

 

Dialogue interactif des Ministres sur le thème “ De Bali à Johannesburg, la voie à suivre”

 

Ouvrant le dialogue, le Président du Comité préparatoire, M. Emil Salim (Indonésie) a expliqué que ce dialogue devra se concentrer sur la manière de faire du document d’application un véritable outil de mise en oeuvre d’Action 21.  Il y a 20 ans à Stockholm, a-t-il rappelé, il a été reconnu que la Terre est unique mais que le monde est divisé en riches et en pauvres, en Nord et en Sud et en pays développés et en pays en développement.  La question a donc été de savoir comment assurer le bien-être de tous sans dégrader l’environnement et en maintenant sa capacité à nourrir le monde.  En conséquence, il y a 10 ans à Rio, les principes fondamentaux du développement durable ont été identifiés dans Action 21 dont celui de la responsabilité commune mais différenciée parce que les forces et les richesses ne sont pas les mêmes. Dix ans se sont écoulés depuis Action 21 et nous passons aujourd’hui en revue à la mise en oeuvre d’Action 21.

 

Aujourd’hui, a poursuivi le Président, Bali est la dernière ligne droite avant Johannesburg.  Aucune autre occasion ne se présentera.  Cela signifie qu’il faut mettre au point ici à Bali tous les documents nécessaires pour assurer le succès de Johannesburg.  Il faut aboutir à un accord sur le programme de mise en oeuvre d’Action 21, à savoir  “l’Engagement de Bali” qui est un document négocié.  En tant que produit annexe, Bali donnera lieu à des initiatives en matière de partenariats qui ne sont pas le résultat de négociations mais des initiatives entre personnes qui veulent collaborer ensemble.  Ces partenariats sont associés au document d’application mais ne s’y substituent en aucun.  Enfin, la tâche sera aussi d’obtenir les premiers éléments d’un document politique qui sera soumis aux Chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Johannesburg.

 

Le document d’application, a encore indiqué le Président du Comité préparatoire, doit donner de la substance au développement durable qui contient trois éléments principaux la durabilité sociale par le développement social, la durabilité économique par le développement économique et la durabilité environnementale par le développement écologique.  Dans ce contexte, il existe deux éléments indispensables, l’élimination de la pauvreté et le changement des modes de production et de consommation non viables.  Le social, l’économique et l’environnement sont fusionnés dans la notion du développement durable et les cinq domaines cités par le Secrétaire général ne sont pas des questions distinctes mais des questions liées intrinsèquement. 

 

En la matière, a conclu le Président du Comité préparatoire, la solution aux problèmes identifiés devra tenir compte de la spécificité de chaque région.  Ainsi pour les pays du Sud, l’importance est de résoudre les problèmes dans les domaines du commerce, du financement, du renforcement des capacités et du transfert des technologies, et ce dans un cadre institutionnel qui rende viable le développement par la coopération nationale, régionale et internationale, assurant la participation pleine et entière de tous les grands groupes. 

 

Intervenant en ouverture du dialogue interactif le représentant du Japon a estimé que les questions d’infrastructures, de transports, de l’énergie et de l’eau, étaient celles auxquelles il fallait trouver des réponses urgentes.  Le Japon propose qu’un système mondial d’information soit créé sur la question de l’eau, et il propose la tenue d’un forum mondial de l’eau afin de trouver des réponses communes à cette question.  Pour le représentant de la Norvège, la réunion de Bali ne doit pas renégocier les conclusions et engagements de Rio.  La Norvège est contre toute renégociation du principe de précaution, sur lequel un accord s’était fait à Rio.  Tout document discuté à Bali devrait regarder vers l’avenir et non remettre en question le passé.  La Norvège demande à tous ceux qui ne l’ont pas fait de ratifier le Protocole de Kyoto.  La véritable gouvernance doit s’appuyer sur l’impératif de faire sortir la majorité de l’humanité de sa pauvreté.  C’est pourquoi les documents de Doha et Monterrey doivent être la base des négociations de Bali. 

 

Au nom du Groupe des 77 et de la Chine, la représentante du Venezuela a déclaré qu’il était inconcevable que la mise en oeuvre totale des engagements de Rio n’ait pas lieu après Bali et Johannesburg.  Le Groupe des 77 et la Chine ont énoncé une série de principes fondamentaux qu’ils espèrent voir figurer en bonne place dans le document final de Bali.  Le premier de ces principes est la nécessité de mettre fin à la pauvreté.  La résolution satisfaisante des questions commerciales, notamment l’accès aux marchés; la lutte contre les grandes pandémies; les questions spécifiques affectant l’Afrique et les petits Etats insulaires en développement; la question de la dette; et le financement et le transfert des technologies, sont au coeur des soucis du Groupe des 77 et de la Chine.

 

Au nom de l’Union européenne, le représentant de l’Espagne a estimé que le Sommet de Johannesburg était une suite logique des grandes conférences organisées par l’ONU au cours des années 1990.  L’Union européenne pense que la déclaration finale de Johannesburg devra être politiquement contraignante et qu’elle devra inclure des recommandations sur la sexospécificité.  La participation des femmes aux actions de développement durable est cruciale.  Les ONG doivent jouer un rôle actif dans la mise en oeuvre d’Action 21.  L’Union européenne soutient un meilleur transfert de technologies en vue de faciliter la mise en oeuvre d’Action 21, et elle est prête à soutenir la reconstitution des ressources du FEM et à relancer à la hausse le niveau de l’APD, conformément aux consensus de Monterrey.  Nous estimons que la réalisation des objectifs de développement du millénaire doit être soutenue, de façon à réduire de moitié le nombre de pauvres d’ici 2015.  Concernant la gestion des écosystèmes et celle des ressources naturelles, nous proposons que les tendances de production et de consommation actuelles soient inversées d’ici à 2015, et que les menaces qui pèsent sur la diversité biologique soient sous contrôle d’ici 2010.  Concernant la gouvernance, le souci de l’Union européenne est celui de la cohérence dans les domaines économique, social et environnemental.  Nous pensons que le NEPAD devrait répondre, dans ce domaine, aux problèmes que connaît l’Afrique.

 

                Intervenant à son tour, le représentant de la Colombie, a insisté sur l’adoption d’une certaine “éthique ou culture” pour sous-tendre les actions en matière de développement durable.  Action 21 envisageait déjà l’aspect éthique et culturel, a-t-il rappelé, et il est important que Bali envoie un message clair en la matière en tenant compte des particularités régionales et culturelles de chaque peuple.  Le représentant de l’Egypte a insisté sur les sources financement de la réalisation des objectifs du développement durable en soulignant, l’importance du principe de la responsabilité commune mais différenciée. 

 

Selon, le représentant de la Chine, ce principe devrait figurer en place dans le “document politique”.  Il a souhaité que le “document d’application”contienne des objectifs clairs, des calendriers précis d’exécution et prévoit des mécanisme de suivi.  Le représentant égyptien a, dans ce contexte, évoqué le caractère primordial de l’élimination de la pauvreté et du renforcement de la coopération internationale, en particulier dans le domaine du transfert des écotechnologies.

 

 

 

S’attardant sur la question de l’agriculture, il a demandé le renforcement de la coopération internationale sur l’assainissement, la mise en valeur des terres et la mise en oeuvre du Programme alimentaire mondial (PAM) et des objectifs pertinents de la Déclaration du millénaire.  A cet égard, le représentant égyptien a appelé à un appui massif aux principes du FEM qui doit être reconnu comme l’instrument principal de lutte contre la désertification.  Cette question a été également évoquée par le représentant de la Libye.    

 

L’importance des questions du recyclage des déchets, de l’eau et des forêts a été soulignée par le gouvernement du Japon. 

 

Les générations futures doivent hériter d’un monde viable, a estimé le représentant de la Suisse, qui a noté que son pays qui sera bientôt membre à part entière de l’ONU, entendait travailler au renforcement de la coopération multilatérale.  Nous ne devons pas remettre en cause les acquis de Rio et des autres grandes conférences internationales des années 90.  Seule la voie du développement durable pourra créer un mode de paix, de prospérité et de droits de l’homme.  Notre pays est prêt à participer à la lutte contre la pauvreté, en portant sa contribution à l’APD à 0,4% de son PNB d’ici à 2010, conformément à l’esprit du Consensus de Monterrey, et nous entendons contribuer positivement à la réflexion et aux actions sur la résolution du problème de la dette.  Notre pays attache une grande d’importance aux partenariats, qui sont des initiatives volontaires en faveur de la mise en oeuvre d’Action 21. Nous pensons que les partenariats sont un complément indispensable du plan d’action.  A cet égard, sous l’égide du PNUD, la Suisse est associée à un nombre de pays pour faire face ensemble  aux problèmes qui se posent aux écosystèmes de montagne.

 

Pour le représentant de la Slovaquie, il faut que les résultats de Bali appuient la réalisation d’objectifs concrets sur des calendriers arrêtés d’un commun accord.  L’intégration des politiques et des actions devrait être au coeur de nos réflexions, a estimé le représentant, en estimant que le danger de la surexploitation des ressources ne pourrait être réduit que par une meilleure coordination des actions internationales.   Le critère fondamental de toute élaboration, financement ou mise en oeuvre de projets de développement devrait être considéré sous l’angle de la durabilité de l’environnement naturel et de l’impact du projet sur cet environnement.

 

                Poursuivant le dialogue, le Représentant de la République dominicaine, a plaidé pour qu’un engagement clair puisse sortir de Bali afin de mettre en oeuvre tous les accords de développement durable, en particulier le Protocole de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre.  A son tour, le Représentant des Emirats arabes unis a attiré l’attention sur les questions de la désertification, de la sécheresse et de la pénurie d’eau.  Il a plaidé pour la mobilisation de ressources pour développer les capacités et les technologies nécessaires. En la matière, il a souligné l’importance d’un environnement sûr aux niveaux national et international en condamnant les conflits armés.  La stabilité du monde, a-t-il ajouté, nécessite des mesures de confiance et de renforcement de la coopération internationale fondée sur un ordre économique et commercial juste et équitable ainsi que sur le respect de la diversité culturelle de chaque région.

 

                Le représentant de l’Indonésie a souligné qu’au coeur du développement durable se trouvent les moyens d’exécution.  Il a voulu que tous les efforts soient déployés pour mettre en oeuvre les accords conclus à Monterrey et à Doha.  L’importance de ces accords a aussi été soulignée par le Président du Conseil économique et social de l’ONU.  Entre Bali et Johannesburg, a-t-il indiqué, le Conseil tiendra sa session de fond dont le segment de haut  niveau sera consacrée à l’impact du développement sur les ressources humaines, en particulier en matière de santé et d’éducation. Le coeur du développement durable est la coordination des différentes valeurs et activités.  Sans renforcer le rôle du Conseil, il est pratiquement impossible de satisfaire les attentes en la matière, a conclu le Président.

 

                Le Représentant de l’Allemagne a mis en garde contre toute renégociation d’Action 21 et de la Déclaration du millénaire.  Le problème, a-t-il estimé, est le manque de respect des engagements pris.  Depuis Rio, des engagements ont été pris.  Or, il a fallu plus de 5 ans pour mettre en place un système permettant de lutter contre le changement climatique.  En conséquence à Johannesburg, il faut surmonter ce déficit d’exécution et faire en sorte que dans le document d’application de Bali se trouvent des objectifs concrets.  Le déficit d’exécution est particulièrement visible dans le domaine du financement alors que des engagements ont déjà été pris à Monterrey.  En la matière, l’objectif doit  être de reconstituer le FEM, d’augmenter l’APD, d’encourager l’IED vers le Sud et d’ouvrir les marchés du Nord.   A cet égard, le déficit d’exécution peut être comblé par la mise en oeuvre des partenariats de type 2.     

 

 

 

*   ***   *